Feb 20 2017

Sensibilisation à l’obésité animale

Le surplus de poids et l’obésité animale sont devenus des sources d’inquiétudes importantes pour le secteur vétérinaire, et cette inquiétude n’a fait que s’accroitre au fil des dernières années. L’association vétérinaire australienne rapporte des taux d’embonpoint ou d’obésité animale de l’ordre de 41 %. Le Canada n’y échappe pas avec des taux dépassant les 50 %, pas plus que les États-Unis avec des taux au-dessus des 56 %.

C’est donc dire que plus de la moitié de nos compagnons auraient avantage à perdre du poids ! Cela veut aussi dire que la moitié de nos animaux domestiques ne profitent pas d’une santé optimale et que leur vie est menacée par une condition qu’on peut prévenir et sur laquelle on peut aussi intervenir.

L’obésité raccourcit la vie, et nous savons de plus à quels risques s’exposent nos animaux obèses.

Les animaux trop gras ont une qualité de vie moindre et une espérance de vie écourtée par des problèmes comme le diabète, les maladies du cœur, l’arthrite, etc. De plus, tous ces animaux présentent des risques de complications opératoires et postopératoires qui surpassent ceux de leurs pairs de poids adéquat.

Les chiens ont davantage de problèmes de poids que les chats, les femelles sont plus exposés que les mâles, les animaux âgés plus susceptibles que les jeunes.

Autre constat, le surplus de poids de l’animal est souvent en corrélation avec un surplus de poids des propriétaires. Le manque d’exercice semble être la raison de cette corrélation.

Une majorité de propriétaires d’animaux nourrissent trop leurs animaux, en négligeant généralement de bien suivre les recommandations inscrites sur les sacs d’alimentation ou en oubliant les conseils diététiques de leur vétérinaire. Une alimentation à volonté, c.-à-d. une alimentation qui permet à l’animal de manger lorsqu’il le désire et en quantité qu’il désire mène à une surconsommation de calories. Les gâteries contribuent aussi à l’apport calorique journalier de votre animal et il est impératif d’en connaitre l’impact. Même chose pour les rejets de table qui vont accroitre considérablement, selon leur quantité et leur nature, la somme de calories que recevra votre compagnon.

Il est possible de nourrir nos animaux avec des aliments pour nous humains. Reste qu’il faut bien connaitre ce qui peut être offert et les quantités à servir. De plus, il faut bien connaitre les aliments qui pourraient être nocifs pour votre animal, ou carrément toxiques pour ce dernier. À cet égard, rappelons par exemple la toxicité des raisins et du chocolat.

Jetons un coup d’œil aux besoins caloriques de nos compagnons qui vivent à l’intérieur et qui font une demi-heure d’activité dans la journée. (L’équivalent d’une marche rapide de trente minutes.)

Chats
10 lb 180 à 200 calories

Chiens
10 lb 200 à 275 calories
20 lb 325 à 400 calories
50 lb 700 à 900 calories

Ces besoins caloriques sont calculés pour des animaux stérilisés. Les animaux intacts ayant des besoins caloriques supérieurs.

Les besoins énergétiques de votre animal peuvent différer selon sa race, sa génétique, son style de vie, son niveau d’activité physique, etc. Il devient donc important de discuter de tout cela avec votre vétérinaire pour ajuster sa diète et mettre au point un programme d’exercices qui convienne.

Faire régulièrement de l’exercice est aussi très important pour votre animal afin qu’il maintienne un poids optimal. Votre chien devrait être actif 20 minutes, trois fois par jour minimalement. Une variété d’exercices fera l’affaire : une marche rapide, un petit jogging, de la nage, un peu de frisbee ? Les chats devraient avoir 2 périodes d’activités de 20 minutes par jour. L’utilisation d’un pointeur au laser pour stimuler l’activité de votre chat pourrait satisfaire ses besoins.

Un animal ayant un poids idéal aura les côtes aisément palpables. De plus, lorsqu’on le regardera en se positionnant au-dessus de lui, sa silhouette passée les côtes s’incurveront vers l’intérieur. L’abdomen sera aussi tiré vers l’intérieur entre ces cotes et ses membres postérieurs. Un abdomen qui pend est un signe de surplus de poids. Demandez à votre vétérinaire son appréciation de l’état de chair (body condition score) de votre animal, l’équivalent de l’indice de masse corporelle du côté humain.

En résumé, garder son animal maigre et en forme permet d’espérer une vie plus longue, plus active, plus heureuse et en meilleure santé pour celui qui est pour vous, un fidèle compagnon. L’obésité est un grand problème qui peut être évité ou géré aisément. N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire au sujet de la santé et du poids de votre animal. Il sera en mesure de produire un plan qui conviendra à votre animal de manière à le garder en santé et heureux.

Tableau de risque IGC Félin_Page_1Tableau de risque IGC Félin_Page_2

 

Tableau de risque IGC Canin_Page_1

Tableau de risque IGC Canin_Page_2

mflynn | Nutrition, Pet Care

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Location

Location Hours
Monday8:00am – 9:00pm
Tuesday8:00am – 9:00pm
Wednesday8:00am – 9:00pm
Thursday8:00am – 9:00pm
Friday8:00am – 9:00pm
Saturday9:00am – 4:00pm
Sunday9:00am – 4:00pm

Jours fériés: FERMÉ