May 04 2013

L’infection du chien et du chat par les vers du coeur – Recommandations pour l’année 2013

prévention vers du coeur

Cette infection bien connue du public en général fait malheureusement l’objet de moins d’attention depuis quelques années. La raison sous‐jacente tient plus aux frais de publicité élevés qu’à une diminution du nombre de cas. En effet, selon l’enquête effectuée par l’AMVQ, une association vétérinaire québécoise, auprès de ses membres, plusieurs dizaines de cas ont encore été signalés en 2012. Une évaluation réaliste situe à une cinquantaine le nombre de cas identifiés à chaque année. Aucune diminution de ce nombre n’a été observée depuis plusieurs années et aucune n’est prévisible prochainement, principalement à cause de chiens non traités mais aussi à cause du nombre vraisemblablement croissant de renards et de coyotes infectés dans notre entourage. Il importe, plus que jamais, de continuer nos efforts non seulement pour protéger nos animaux, mais aussi pour limiter une épidémie qui continue à nous menacer.

 
L’infection est transmise par les maringouins, mais le parasite doit y subir une maturation qui prend plusieurs jours et qui est tout à fait dépendante de la température externe. Nos animaux risquent donc l’infection durant les mois de juillet, août et le début de septembre, dans nos régions. Le risque est réel pour toutes les régions plus au sud que la ville de Québec, celle‐ci incluse. Le risque est plus élevé à la campagne, surtout si des coyotes errent dans la région. Ces animaux hébergent le parasite et servent de réservoir d’infection pour les autres animaux. À la ville, un chien non traité dans l’entourage peut servir lui aussi de réservoir d’infection. Malheureusement, encore trop peu de chiens sont sous traitement, et les cas identifiés se retrouvent dispersés sur l’ensemble du territoire visé, ce qui rend l’infection possible un peu partout.

 
Le coût du traitement d’un animal infecté de vers du coeur est élevé et les médicaments utilisés ont un potentiel toxique important. La prévention est à privilégier et plusieurs médicaments d’usage facile et sécuritaire peuvent protéger adéquatement l’animal tout en donnant une protection élargie contre d’autres parasites, en particulier les puces et des parasites gastro‐intestinaux. Les résultats des analyses de matières fécales effectuées dans notre laboratoire nous permettent d’affirmer qu’un chien sur quatre et plus sont infectés d’au moins un parasite, et que c’est le cas de la moitié des chiots âgés de 11 mois et moins. Plusieurs de ces parasites pourraient infecter les humains avec qui ils ont des contacts et leur causer divers problèmes de santé. Le contrôle de ces infections parasitaires importe pour vivre en harmonie et en santé avec nos compagnons.

 
Afin de protéger votre animal contre toutes ces infections, voyez votre vétérinaire. Il saura vous suggérer des tests de diagnostic et des programmes de prévention adéquats, tout en vous fournissant toutes les informations propres à protéger votre animal correctement. Ne manquez pas de discuter avec lui de la pertinence de faire un test de dépistage annuel pour le vers du coeur et d’une analyse de matières fécales pour les autres parasites. La prévention comporte l’administration mensuelle d’un ou plusieurs médicaments de juin à novembre. Votre vétérinaire saura vous proposer un programme de prévention adapté à vos besoins.

Alain Villeneuve, D.M.V., Ph.D. Faculté de médecine vétérinaire
Professeur de parasitologie Saint‐Hyacinthe
alain.villeneuve@umontreal.ca

mflynn | Heartworm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Location

Location Hours
Monday8:00am – 9:00pm
Tuesday8:00am – 9:00pm
Wednesday8:00am – 9:00pm
Thursday8:00am – 9:00pm
Friday8:00am – 9:00pm
Saturday9:00am – 4:00pm
Sunday9:00am – 4:00pm

Jours fériés: FERMÉ